Parentalité positive,  Vie quotidienne

Le problème des écrans chez… l’adulte! (Et comment cela impacte la relation à nos enfants).

On brandit constamment le panneau danger pour l’utilisation des écrans chez l’enfant, et à très juste titre. C’est pourquoi j’y reviendrai plus en détail dans un autre article. Toutefois, je remarque qu’on parle beaucoup moins de l’impact des écrans sur les adultes que nous sommes. Et j’avais envie de m’y arrêter un petit peu aujourd’hui, car cela peut réellement impacter notre relation avec notre/nos enfant.s.

Portable_greffe

Photo : www.boligan.com

Qui n’a jamais eu l’impression d’être esclave de son téléphone portable, de l’avoir toujours greffé à la main? Notre génération devient de plus en plus addicte aux écrans, et nos enfants aussi. Si ma fille est encore trop petite pour le moment et que nous ne lui laissons pas encore accès aux écrans à 2 ans, je me rend compte en revanche je que suis une vrai accro à mon téléphone portable, et mon mari aussi. Nous ne regardons pas la télé car nous n’avons plus le temps, mais nous sommes toujours sur nos téléphone et lui sur sa tablette également. Et en réfléchissant je me rend compte que cela a un réel impact sur notre vie de famille et sur la relation avec notre fille. Je ne pense pas que nous soyons isolés, j’ai donc eu envie de réfléchir à l’impact que les écrans et notamment le téléphone peuvent avoir sur la relation des parents avec leurs enfants. J’ai identifié quelques points que je vous livre ici.

On ne fait plus assez attention à nos enfants.

Lorsque l’on est complètement absorbé par notre téléphone ou un autre écran, on n’accorde plus d’attention à nos enfants, puisque celle-ci est focalisée ailleurs. On ne répond plus à leurs “Regarde maman la tour que j’ai faite! Regarde papa comme je vais haut avec la balançoire!” Du coup, bien souvent, notre enfant est un peu frustré et bien souvent insiste “Mais regaaarde!” . Il y a une déception du côté de l’enfant, et parfois peut-être un peu de tristesse si la situation se répète très régulièrement. Car on lui renvoie le signal qu’il n’est pas important, et que ce qu’il fait ou dit n’est pas intéressant. Il a l’impression qu’on s’en fiche. Cela crée une distorsion du lien, et instaure une moins bonne relation. Car au fur et à mesure, si à chaque fois qu’il souhaite nous montrer quelque chose nous ne lui prêtons pas attention, il finira par arrêter de le faire et restera dans son coin puisqu’il sait que de toute façon nous ne regarderons pas et nous ne partagerons pas sa joie.

J’aime beaucoup ce dessin de Fanny Vella qui illustre parfaitement ce propos, en transposant la situation entre adultes pour nous montrer ce que peut ressentir un enfant dans ces moments là.

Addict_au_telephone_portable

Illustration : Fanny Vella

Cliquez ici pour découvrir en quoi les enfants peuvent être une belle source d’inspiration pour l’adulte!

Nos enfants nous imitent (et cela nous agace).

C’est la question du mimétisme : l’enfant reproduit ce qu’il voit. A force de nous voir toujours sur notre téléphone ou sur notre tablette, il a envie de faire pareil. Il commence à avoir une vraie fascination pour tous les écrans, veut prendre notre téléphone ou jouer avec la tablette. L’enfant absorbe ce qui est dans son environnement, donc si les écrans en font partie il est normal qu’il ait envie de se les approprier et qu’il intègre la manière de les utiliser. Et cela même si nous ne leur donnons pas accès aux écrans.

J’ai été très surprise quand ma belle-mère a un jour donné son téléphone à ma fille pour l’amuser alors qu’elle était encore bébé et avait moins d’un an. Alors que nous ne lui avions nous-même jamais mis un dans les mains, et que c’était donc la première fois, ma fille a su déverrouiller le téléphone et faisait défiler les écrans d’application car avait compris qu’il fallait faire glisser ses doits, l’appareil étant tactile. Elle avait intégré cette façon d’utiliser le téléphone en nous observant faire. Avec mon mari on était étonnés et on s’est pris une sacrée claque car on n’a compris qu’elle avait du nous voir souvent avec pour avoir intégré ça, bien qu’on ne le lui ai jamais donné. (On s’est dépêchés de reprendre le téléphone de belle-maman…).

L’enfant reproduit donc ce qu’il voit et cherche à nous imiter en prenant notre téléphone ou en allumant la télé. Bien souvent, nous ne sommes pas d’accord, et cela nous énerve car nous considérons que ce n’est pas bon pour son développement. Or, cela renvoie à notre enfant attitude contradictoire, puisque nous lui interdisons de toucher à un objet que nous avons constamment dans les mains : nous sommes pleins de paradoxes. Cela nous agace aussi parfois car cela nous renvoi à une mauvaise image de nous-même car nous nous reconnaissons dans ce comportement.

La question est : comment montrer l’exemple si nous sommes scotchés à nos téléphones ou autres écrans? On tombe dans le fameux “fais ce que je dis mais ne fais pas ce que je fais”. Selon l’âge de l’enfant, il peut être frustré par la situation qu’il vit comme une injustice : “Pourquoi les parents/adultes ont le droit et pas moi?”. S’il réclame régulièrement l’accès aux écrans cela peut contribuer à des conflits familiaux. Bref, cela contribue encore une fois à dégrader la relation avec notre enfant.

On veut tout immortaliser mais on ne vit plus l’instant présent.

Pour beaucoup d’entre nous on est devenus accros aux réseaux sociaux, on veut tout partager, alors on passe notre temps le téléphone à la main pour tout immortaliser en photo et le balancer immédiatement en story ou en post sur Instagram ou Facebook, ou simplement pour les garder pour nous.

Le problème c’est qu’on ne voit plus les jolies scènes de vie en direct, mais uniquement à travers les écrans! On se dit qu’on se fabrique des souvenirs pour plus tard, pour pouvoir y revenir et se remémorer ces jolis instants. Alors qu’en réalité on oublie de les savourer sur l’instant présent.

Cela me rappelle le “coup de gueule” passé par un photographe de mariage sur internet, Thomas Stewart, illustré par une photo où le marié avait été obligé de se pencher dans l’allée centrale pour mieux voir sa future femme arriver, parce que les invités débordaient dans cette même allée avec leur téléphone portable pour immortaliser cet instant, au lieu d’en profiter en direct et non les yeux fixés derrière un écran.

Mariage_telephone

Crédit photo : Thomas Stewart

Je me souviens m’être fait cette réflexion lors des premiers pas de ma fille. Lorsqu’elle s’est lancée, je voulais à tout prix filmer pour immortaliser ce moment et le garder en souvenir, sauf que je ne savais plus où j’avais posé mon téléphone. Alors j’ai simplement savouré l’instant, qui restera à jamais gravé dans mon cœur de maman! Pas besoin de téléphone pour ça. J’ai pu y assister en direct, et ma fille a pu me regarder dans les yeux et non regarder mon téléphone dans mes mains en train de la filmer. J’ai pu filmer la fois suivante quelques secondes pour avoir un souvenir tout de même, mais j’ai pu vivre cette première fois en direct et finalement cela n’a pas de prix.

En réfléchissant, si on se place du côté de l’enfant, à être filmé ou photographié tout le temps il risque de ne voir que des écrans sans expression au lieu de voir des visages émerveillés puisque ces derniers seront toujours cachés par le téléphone. Or, pour la construction du lien d’attachement, ce n’est pas optimum. Car finalement le téléphone portable utilisé de cette manière crée de la distance, sans que l’on en ait conscience et sans qu’on ne le veuille.

On ne fait pas attention à l’utilisation de l’image de notre enfant.

Il arrive parfois aussi que l’on ne fasse pas attention à l’image de notre enfant et en particulier à son droit à l’image. On peut ainsi tomber dans le travers de tout partager sur internet, sans pudeur, y compris en mode public et pas seulement à son entourage. Mais c’est encore un autre débat dans lequel je ne rentrerai pas ici. Toutefois, cela peut être utile d’y réfléchir ou d’en avoir conscience pour faire un choix éclairé sur ce qu’on publie ou non et à qui.

Cliquez ici pour découvrir 12 astuces de parentalité positive à mettre en place immédiatement pour  éviter les crises et améliorer la relation avec vos enfants.

On perd notre vigilance.

Il a été établi scientifiquement que le fait d’être devant un écran rend dans une sorte d’état hypnotique. Nous sommes en quelques sorte absents, absorbés par ce que nous regardons. Nous ne faisons plus attention à ce qui nous entoure, nous n’entendons plus forcément ce qu’il se passe autour de nous car nous avons intégré les bruits ambiants et seul un bruit très fort ou plus fort va nous sortir de notre torpeur (il faut parfois qu’on nous appelle plusieurs fois pour que l’on entende). Vous avez déjà fait cette expérience? C’est encore plus flagrant lorsque l’on est assis sur son canapé, téléphone à la main, sur Facebook ou Instagram, en train de faire défiler son fil d’actualité sans fin. On se dit qu’on ne regarde que 5 minutes, sauf que le fait que l’on puisse scroler sans limite fait qu’on perd cette notion du temps, et qu’on se retrouve bien souvent à avoir regardé son fil d’actualité pendant 30 minutes. On a perdu notre vigilance également.

Or le danger, quand on est parent, c’est que cet état hypnotique nous fasse perdre notre vigilance, et place ainsi nos enfants en situation de danger sans qu’on le veuille et alors même qu’on pensait les surveiller puisqu’on est juste à côté! Il y a un réel risque de négligence et d’absence de surveillance. Vous êtes au parc, assis sur un banc, juste à côté du tobogan et votre fils s’amuse bien, il monte et descend et ainsi de suite. Vous regardez Facebook tranquillement, pendant quelques secondes à peine selon vous. Vous relevez la tête et là vous manquez la crise cardiaque : il a escaladé la structure vous ne savez même pas comment il a réussi. Vous vous précipitez pour le récupérer. Vous soufflez un bon coup, ouf, tout va bien, mais il aurait pu chuter de très haut et se blesser peut-être gravement. Vous avez peut-être déjà vécu une situation de ce genre et ça vous parle peut-être.

Personnellement, au parc je suis quasiment toujours à côté de ma fille à jouer avec elle, mais cela m’est déjà arrivée de me dire que je vais me poser 5 minutes sur un banc parce que je suis fatiguée. Et je me souviens d’une fois où après avoir sorti mon téléphone pour regarder Instagram, je relève les yeux et je ne vois plus ma fille. J’avais pourtant l’impression d’avoir lâché les yeux 10 secondes seulement. Petit coup de panique qui monte, je la vois réapparaître, elle était juste derrière le tobogan à ramasser sa poupée qu’elle venait de faire tomber donc je ne la voyais plus derrière la structure. Je m’en suis tirée avec une petite frayeur qui n’a duré que quelques secondes.

Mais cela m’a fait réfléchir et ranger mon téléphone, parce que cela m’a surtout rappelé un triste fait divers que j’avais lu dans un journal quelques années plus tôt alors que je n’étais pas encore maman, mais qui m’a un peu traumatisé. Vous l’aviez peut-être lu aussi à l’époque : une maman de 3 enfants part avec son mari au restaurant pour s’accorder une soirée en amoureux, un classique. Comme baby-sitter la maman fait appel à sa meilleure amie, en qui elle a toute confiance. Les enfants avaient quelque chose comme 12, 7 et 3 ans, je ne me souviens plus exactement. Toujours est-il que la meilleure amie les surveille et tout se passe bien, jusqu’à ce qu’elle sorte son téléphone et passe 10 minutes sur Facebook. 10 petites minutes pendant lesquelles elle n’a pas entendu ni vu le petit dernier d’à peine 3 ans se noyer dans la piscine. Une petite vie innocente gâchée pour toujours, une famille brisée, et une amitié détruite à jamais, pour 10 minutes sur son téléphone à regarder Facebook. Ce fait divers m’avait fait avoir une vraie prise de conscience à l’époque.

N’oublions pas de relativiser.

Alors bien-sûr il ne faut pas tout diaboliser ni remiser au placard nos téléphones et les réseaux sociaux, et tout ne se termine pas de manière aussi dramatique. Je ne cherche pas non plus à juger qui que ce soit parce que je suis moi-même beaucoup trop sur mon téléphone même si j’essaie de diminuer. Je ne souhaite donc pas donner de leçons, mais juste alerter sur les conséquences des écrans sur les adultes mais surtout sur les parents, et sur l’impact qu’ils peuvent avoir sur la relation avec notre enfant. Car je pense qu’avoir conscience des dangers permet d’accroître notre vigilance, et ça c’est toujours bon à prendre. C’est comme pour tout, c’est l’excès qui est mauvais. Il est donc peut-être temps que les adultes aussi apprennent à utiliser les écrans avec parcimonie, au risque de devenir une génération geek!

Evolution de l'homme geek

Et vous, est-ce que vous aviez déjà réfléchi à tous ces impacts que les écrans, et notamment le téléphone portable, pouvait avoir sur vous? Est-ce que vous aviez déjà envisagé les choses sous cet angle? Dites le moi en commentaire! Et n’hésitez pas non plus à me dire si vous avez trouvé des astuces pour être un peu moins dépendants de votre téléphone/tablette ou autre, car c’est un sujet que j’aborderai une autre fois.

Et si l’article vous a plu, n’hésitez pas non plus à le partager pour que d’autres puissent le lire aussi!

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.