VEO - Violences éducatives ordinaires

Vidéos buzz : frapper une peluche pour faire manger son enfant, la fausse bonne idée

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de quelque chose qui a fait le buzz il y a quelques mois. Le concept s’est répandu comme une traînée de poudre sur la toile. De nombreuses vidéos ont été diffusées sur internet (certaines sont encore tout à fait accessible ici, ici, ici ou encore ici. Les images que vous voyez ici sont des captures d’écran de ces vidéos, d’où la mauvaise qualité des images). On y voit des parents voulant faire manger leur enfant, qui refuse. Ces parents imitent ce refus en donnant à manger à la peluche de l’enfant et en lui faisant refuser la cuillerée tendue. Ils frappent alors la peluche avec une violence inouïe, devant leur enfant, bien souvent en état de sidération et d’incompréhension. Puis les parents leur proposent ensuite à nouveau de manger, ce qu’ils acceptent de suite, de peur de subir le même sort que la peluche.

parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur
                                                L’éducation par la peur

Faire manger son enfant : des parents mal informés qui reproduisent ce qu’ils ont vu

Attention, je tiens à préciser que je ne porte aucun jugement sur ces parents, et qu’il ne s’agit pas là de leur jeter la pierre. Peut-être rencontrent-ils des difficultés lors des repas avec leur enfant et se retrouvent démunis et sont à la recherche de solutions. Ils ont très certainement vu ça quelque part et se sont dit que c’était une bonne idée. Sans doute ne voient-ils pas le mal de la démarche, puisqu’ils ne frappent pas directement leur enfant. D’ailleurs, beaucoup ont un fou-rire à la fin de la vidéo qu’ils ont postée sur les réseaux sociaux : on en entend dire “Incroyable, ça fonctionne!” dans des éclats de rire. Ils sont donc clairement dans l’imitation de quelque chose qu’ils ont vu et ont trouvé drôle, et qu’ils testent en retour. Je ne leur prête pas de mauvaise intention de départ. Je pense en revanche qu’il y a là un manque de recul.

               parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

Quelles sont les conséquences d’une telle action?

Je souhaiterais que l’on réfléchisse aux conséquences de ce geste, et surtout à ce que cela implique. Lorsqu’on visionne ces vidéos, on voit qu’au début l’enfant est détendu, et refuse la cuillère tendue sans pression. Puis lorsque le parent frappe la peluche devant eux, bien souvent ils regardent la peluche et leur parent avec les yeux écarquillés, bouche ouverte, dans un état de sidération. Clairement, sur beaucoup d’entre eux, on lit la peur sur leur visage. Ils sont terrorisés. Et pour certains enfants tout petits (moins d’un an), ils sont clairement en état de choc. On lit également l’incompréhension la plus totale « Mais qu’est-ce qui se passe? ». Certains pleurent de voir leur peluche subir ces coups si violents. C’est tout naturellement que par crainte de subir la même chose ils ouvrent la bouche pour avaler la nouvelle cuillère présentée par leur parent.

  • L’éducation par la peur pour faire manger son enfant

La question à se poser c’est : “Est-ce que j’ai envie que mon enfant mange parce qu’il a peur de moi et de ce que je pourrais lui faire, ou parce qu’il a faim?“. Quelle est la relation que j’ai envie d’établir et de vivre avec mon enfant? Est-ce que j’ai envie que mon enfant ait peur de moi et qu’il craigne mes réactions?

  • Le risque de déconnecter l’enfant de ses sensations de faim et de satiété

Nous, adultes, pouvons dire quand nous avons faim ou non. Nous n’avons pas le même appétit tous les jours. Il y a certains aliments que nous n’aimons pas. Personne ne nous force à manger. C’est la même chose pour un enfant : il peut ne pas apprécier certains aliments (bien qu’il faille faire goûter plusieurs fois, jusqu’à une dizaine de fois, pour réellement dire si l’enfant aime ou non l’aliment, car ses goûts sont en construction). Il peut aussi ne pas avoir faim ce jour-là (pas d’appétit, fatigue, malade, bien mangé la veille ou au repas précédent, etc…). Le forcer à manger dans un tel cas (en dehors du fait de lui manquer de respect en passant totalement outre son consentement) c’est ne pas être à l’écoute et nier totalement ses besoins et ses sensations. Et le risque c’est le déconnecter lui-même de son corps et de ses propres sensations (faim, satiété). De nombreux adultes aujourd’hui cherchent à se réapproprier leurs sensations et à être plus à l’écoute de leur corps, écoute qu’ils ont perdue à cause de conditionnements anciens, dont celui-ci peut être un exemple.

             parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

  • Le risque de créer des troubles alimentaires

Le risque en forçant un enfant à manger, c’est de créer plus tard des troubles alimentaires (troubles de l’oralité, anorexie, boulimie, obésité, etc…). C’est aussi lui créer rapport douloureux et difficile à la nourriture, associé à des émotions négatives et désagréables telles que la peur ou la colère ou la tristesse. Ce n’est donc pas sain du tout.

  • Le risque de dégrader la relation avec son enfant

Et en agissant de la sorte, on risque aussi de dégrader la relation avec notre enfant. On met de la distance, on casse le lien d’attachement. S’il a peur de nous, il risque d’être en alerte, de guetter nos réactions. On risque aussi de créer un enfant soumis, et sans libre arbitre, qui s’exécute aux moindres de nos désirs, par peur de nos réactions. Cela s’apparente donc à du dressage. (Oui le mot est fort, mais dans les faits si on réfléchit bien c’est de cela dont il s’agit).

       parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

parent frappe peluche pour faire manger enfant éducation par la peur

Il est possible de faire autrement

  • Le cas des troubles alimentaires avérés

Bien sûr il existe des troubles alimentaires qui peuvent survenir très tôt. On peut alors en tant que parent être angoissé lors des repas : notre enfant ne mange pas assez en quantité, refuse tous les légumes, ou refuse tout simplement de manger, etc. Il peut avoir un trouble de l’oralité, souffrir d’allergies alimentaires, avoir eu un traumatisme bébé ou petit (ex. étouffement).

Pour ces problématiques il est possible de se faire accompagner par quelqu’un d’extérieur et notamment un professionnel, pour établir un protocole alimentaire adapté à l’enfant et à ses troubles. Mais surtout pour éviter d’être dans un rapport de force et d’aggraver la situation. Les troubles alimentaires se corrigent, et on peut le faire de manière respectueuse de l’enfant. Il faut être dans une démarche d’accompagnement, et être très patient et compréhensif face à son enfant et ses difficultés.

  • Obtenir la coopération de son enfant

Pour finir sur une note positive, un papa a diffusé une vidéo pour montrer l’exemple et démonter le buzz. On y voit son fils refuser de manger. Il prend alors sa peluche et lui fait mimer qu’elle aussi refuse de manger. Mais au lieu de frapper la peluche, il demande à son fils de montrer l’exemple à son doudou car il lui explique qu’il est important qu’il se nourrisse pour être en forme et en bonne santé. Le petit est alors tout content de montrer l’exemple à sa peluche et avale son repas. Tout s’est passé ici sans violence. Le papa a simplement obtenu la coopération de son enfant, en douceur, par le dialogue.

  • Lâcher prise

Il est important de se demander pourquoi nous voulons absolument que notre enfant finisse son assiette. A quoi cela nous renvoie? Qu’est-ce que cela évoque en nous? En quoi est-ce si important que notre enfant mange tout? Pour éviter le gaspillage? Oui mais notre enfant n’est pas une poubelle de table, et nous non plus d’ailleurs. On peut tout à fait récolter les restes et les donner au repas suivant, les congeler, les cuisiner autrement sous une autre forme, etc. Par peur qu’il ait des troubles du développement s’il ne mange pas assez ou de manière déséquilibrée? Il y a des astuces pour réussir à lui donner envie de manger de tout. Mieux vaut respecter son appétit du moment s’il n’a pas très faim, il se rattrapera à un autre moment lorsqu’il aura plus d’appétit. Car sauf pathologie, un enfant ne se laissera pas mourir de faim, donc pas d’inquiétude là-dessus. Le plus important selon moi est de rester à l’écoute et d’observer son enfant pour déterminer quels sont ses besoins et ainsi y répondre au mieux, en tentant de laisser de côté nos propres angoisses, qui ne lui appartiennent pas mais nous appartiennent à nous.

Dites-moi, est-ce que vous aviez-vu ces vidéos qui ont fait le buzz? Est-ce que vous aviez été choqué? Est-ce que votre entourage trouvait ça plutôt drôle ? Partagez-moi vos impressions en commentaire!

Belle journée!

Sakina

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.